Il Blog di Daiana

La Satisfaction de Soi

1024 681 Daiana Campaini

Le vrai sentiment d’être satisfait de soi est très lié au concept d’évolution spirituelle. Ce concept a fait l’objet d’une spéculation idéologique et économique très considérable. Autour d’elle gravitent encore beaucoup d’idées trompeuses voire carrément erronées liées à une vision trop partielle.

Chance et malheur.

Tout d’abord, l’idée de chance ou de malchance que quelqu’un confond encore avec la notion de karma.

Permettez-moi de commencer par dire que la chance et la malchance sont des forces ou des concepts qui n’existent tout simplement pas. La capacité d’atteindre de bons objectifs ou d’atteindre ce que nous nous sommes fixés est absolument entièrement entre nos mains. Pour commencer, comme je le souligne toujours, nous devons nous interroger sur la nature de nos désirs et objectifs : sont-ils éthiques ? Est-ce que ce que je « demande » est vraiment ce que je veux ? Est-ce vraiment capable de me rendre heureux ? Et pour me faire plaisir, est-ce que cela rend quelqu’un d’autre malheureux ? Combien ce désire que j’ai  coûte-t-elle à l’Univers ? Ce qui me rend vraiment heureux est en accord avec moi, avec mon essence ; donc c’est simple à obtenir, c’est la conséquence directe de qui je suis. S’il est en accord avec moi, il est aussi en accord avec l’Univers dont je fais intrinsèquement partie. Donc cela ne « coûte » rien, cela n’apporte que des avantages à tout le monde et ne rend pas substantiellement aucune Âme malheureuse, mais juste peut-être que des personnalités… l’ego a des objectives absurdes et il n’est pas toujours facile de les atteindre. C’est un très long discours qui mérite un article séparé, mais peut-être pourrons-nous l’approfondir dans la section ci-dessous dédiée à vos commentaires. Deuxièmement, du fait que tout est entièrement entre nos mains, nous n’en sommes absolument pas conscients, d’un côté car c’est plus facile d’attribuer des responsabilités « à l’extérieur » qu’à « l’intérieur », de l’autre car nous sommes souvent, en raison d’idées limitantes profondément enracinées, amenés à abdiquer le moindre soupçon de pouvoir personnel. C’est parce que nous le percevons comme la cause de tous les maux et, l’accusant d’égoïsme, nous essayons encore de le démolir, ça c’est du à un type de religiosité malavisé qui pendant tant de siècles nous a forcé et appris à faire, en nous laissant cette attitude comme un  » marque » depuis des générations. Bien que l’égoïsme et le pouvoir personnel soient deux choses diamétralement opposées. Et enfin, la dernière raison, mais certainement pas la moindre, c’est qu’en raison du niveau de conscience atteint à ce stade de l’évolution humaine, il nous manque totalement la « vue d’ensemble » qui nous aiderait à comprendre beaucoup de choses, à expliquer des attitudes et des événements. . Je me réfère à l’aperçu de toutes nos vies passées dont nous sommes le résultat direct, quoique inconscient.

Honte  et Culpabilité, le grand piège.

Alors, en résumant un instant, nous avons dit que la chance et le malheur n’existent pas, ils n’ont aucun impact sur la réalité et sont donc deux mots avec une longue tradition, mais avec un sens absolument déformé.

Ils résument simplement la facilité ou la difficulté avec laquelle j’atteins mes objectifs ou des événements positifs « m’arrivent ». En réalité, il ne m’arrive rien, c’est moi qui attire ou n’attire pas certains événements ! Et cela nous ouvre la voie à la notion de « responsabilité ». Mais rien qu’en lisant ce mot vous avez chargé vos épaules d’un poids sans précédent et votre ventre s’est tendu. Mais ce n’est pas réel, nous ne faisons que projeter sur un mot neutre toute la charge de nos racines culturelles-pseudo-religieuses imprégnées de culpabilité et de la honte conséquente. Quand vous avez lu ce mot, vous êtes tout de suite allé chercher où vous vous étiez  trompé, où vous n’aviez pas fait assez, qu’est-ce que vous auriez dû changer… n’est pas ? Calmez-vous! Vous n’avez rien fait de mal ! Pacifiez-vous avec cette idée.  Et personne ne vous accuse, encore moins sur ce blog ! Mais la pensée inconsciente d’être coupables est tellement enracinée qu’elle fait immédiatement et automatiquement de vous vos propres juges et bourreaux. Et puis, pour récupérer une partie de nos facultés (de notre pouvoir personnel) il faut prendre du recul. S’il n’y a pas de faute, alors il n’y a même pas de honte et il ne reste alors que mes pensées et mes intentions, qui ont ensuite guidé mes actions. C’est d’ici qui commence le processus qui donne vie à ma responsabilité… qui reste pour l’instant neutre. Je parle de la responsabilité d’être qui vous êtes, d’avoir donc un certain état ou niveau vibratoire. C’est le résultat du choix de l’Ame d’approfondir certaines dynamiques, encore délicates, à la lumière de toutes les vies que vous avez menées. Ce niveau ou état vibratoire attire les choses en accord avec lui-même (c’est-à-dire avec l’intention de se renforcer sur certaines questions) et en repousse d’autres. La responsabilité dont je parle est celle d’être soi-même, c’est la capacité d’accepter « qui vous êtes vraiment », et non « qui vous aimeriez être ». Une fois que chaque partie de nous, même la plus difficile, a été acceptée, nous devons nous prendre par la main et avancer vers la résolution de ces dynamiques que notre Âme est venue dissoudre dans cette vie. C’est pour ça que  je dis que cette responsabilité est neutre, cela ne dépend pas de vous qui vous, c’est la personnalité que votre Âme a choisi pour s’exprimer, mais ça dépend certainement de vous combien vous avez réussi à vous accepter et surtout à quel point ils étaient éthiques, vos choix après votre arrivée sur Terre. C’est-à-dire si vos choix étaient plus en accord avec la mission de votre âme ou avec le bourdonnement du monde extérieur avec ses raccourcis douteux.

Karma, Responsabilité et Pouvoir personnel.

Je suppose que nous sommes tous d’accord pour dire que chaque action a une conséquence.

Eh bien, celle-ci, tout simplement, est la Loi du Karma : chaque action a sa conséquence, ni bonne ni mauvaise et même pas liée à la pleine ou mauvaise satisfaction de l’intention ou de la pensée qui a motivé l’action. Le karma est une simple loi de cause-effet sans aucune nuance éthique ou morale. Le concept de responsabilité y est lié et c’est à ce moment qu’une Loi Universelle rencontre notre monde émotionnel et c’est précisément au moment de cette rencontre que votre pouvoir personnel est en jeu … Ici, nous vivons dans la dualité, nous sommes descendus sur Terre explicitement pour apprendre des concepts à travers leur contraire… que ça plait ou pas, ça marche comme ça ici, ce n’est ni bon ni mauvais, c’est juste ce qu’il y est dans cette dimension ici. Nous apprenons le bonheur de la tristesse, la richesse de la pauvreté, la santé de la maladie et quand nous avons appris à les distinguer nous commençons à les mesurer : plus ou moins pauvres, plus ou moins heureux, plus heureux que A, mais moins que B et à partir d’ici commencent les comparaisons et le fait de regarder à l’extérieur plutôt qu’à l’intérieur. On commence à s’éloigner des valeurs absolues de l’Ame pour adopter les petites de la personnalité. Ainsi commence la jalousie, le jugement, la culpabilité, la honte.. on commence à regarder à l’extérieur plutôt qu’à l’intérieur , d’ici on  commence  à perdre notre centre et avec lui nous perdons notre pouvoir personnel … parce que nous ne créons plus notre réalité (véritable concept de responsabilité), mais nous réagissons à ce que les autres « nous font » ,  » ils nous disent « , comment « ils nous traitent ». Nous perdons du terrain dans notre propre vie, nous perdons du pouvoir personnel et cela commence à être de plus en plus « la faute des autres ». Ici, au lieu d’évoluer et de faire évoluer notre culture et notre société, en changeant ses concepts, nous nous enfermons dans un affreux cercle vicieux plein de monstres, dans un monde où nous sommes de plus en plus victimes et de moins en moins de créateurs. Renoncer à son pouvoir personnel, c’est renoncer à sa capacité à « sentir le flux universel » de l’abondance, à attirer facilement les bonnes choses, à savoir choisir ses objectifs et les atteindre facilement.

En résumé.

Ainsi, pour résumer ce long excursus, la chance et la malchance n’existent pas, cette facilité d’atteindre nos objectifs ou d’attirer des événements positifs est principalement donnée par 2 facteurs :

  1. La « pole position », c’est-à-dire notre position sur la « grille de départ » donnée par l’ensemble de nos vies passées : c’est-à-dire, le Karma, le résultat de toutes nos expériences
  2. L’intention de notre Âme de travailler plus ou moins intensément sur nos points faibles pour les renforcer et les faire évoluer, d’où le type de personnalité qu’Elle a choisi pour affronter cette vie. C’est-à-dire une personnalité plus ou moins encline à « vivre dans le flux ».

Si je vis « dans le flux » je vois des signaux subtils, je vis en parfaite synchronicité avec ce qui m’entoure, même si je ne comprendrai pas toujours exactement tout le message. D’ailleurs, comprendre rationnellement est inutile, au contraire, cela entrave ou même ralentit le processus de manifestation du projet de l’Ame pour cette vie. La vie n’est pas faite pour planifier et réussir, elle est faite pour faire des expériences, des expériences dictées par l’Ame ! Restez dans le courant, restez dans le flux, surfez sur l’existence !

  • Publié dans :
  • blog
2 commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas poubliée