Il Blog di Daiana

Âme et histoires d’évolution: l’histoire de petit poucet

1024 512 Daiana Campaini

Comprendre comment l’âme descend sur Terre pour évoluer n’est pas compliqué. Prenons par exemple l’histoire de Petit Poucet, l’une des différentes histoires initiatiques que nous tous connaissons, même si de manière inconsciente. Les parents sont pauvres, ils n’ont rien à manger et ils essaient de l’abandonner lui et ses frères dans les bois. Les parents de l’histoire sont des êtres humains parfaitement normaux, comme nous le sommes tous. Ils n’ont pas trouvé le chemin du bonheur et de l’abondance, ils ne se sont donc pas reconnus comme des êtres de lumière, tels qu’ils le sont réellement. Donc «ils meurent de faim», c’est-à-dire qu’ils n’ont ni Vérité ni Solutions à transmettre à leurs enfants et pour cela ils les poussent dans les bois pour chercher leur chemin dans la vie (la Mission de l’Ame).

La première fois, Petit Poucet trace le chemin avec des pierres et parvient à rentrer chez lui, mais après quelques jours, ses parents le ramènent dans les bois. Cette fois-ci, Petit Pouce prend un morceau de pain de chez lui et laisse quelques miettes en chemin pour retrouver son chemin (la vieille réalité obsolète, fausse), seulement que certains oiseaux affamés les mangent et lui, incapable de rentrer, il est obligé de trouver d’autres solutions et de faire l’expérience de la forêt. Il est inutile de rentrer chez soi sans avoir rien appris de nouveau, cela ne résout pas le problème et cela ne sert pas non plus à marquer le chemin avec des miettes de pain, c’est-à-dire des repères qui viennent de «l’ancien». Il est inutile de gaspiller de l’énergie, car RIEN de ce que vous avez appris jusqu’à présent ne peut vous servir de «l’autre côté». Les miettes de pain sont mangées par les oiseaux (voix éphémères et superficielles de mondanité qui vous éloignent de vous-même). À ce moment-là, il devient impossible pour Petit Pouce de revenir en arrière et il se perd dans les bois (l’expérience du «monde extérieur à lui-même», dans le monde matériel). Pour évoluer, c’est-à-dire pour ne plus être obligé de «mourir de faim», il faut se perdre dans les bois. En effet, à juste titre, la maison (son paradis personnel, la paix intérieure, le sens de l’harmonie avec tout, la conjonction avec «Dieu» et avec tous nos frères animaux, végétaux et humains et avec l’Univers entier) doit être «méritée» : ce qui m’est donné par la naissance n’est « pas assez » (la maison des parents de Petit Pouce, sa famille d’origine qui de toute façon « meurt de faim »). Ce qui compte, c’est ce que j’arrive à développer et à comprendre moi-même après avoir traversé la forêt et ses vicissitudes. L’important est la vision intime et très personnelle de moi-même et de la Vie, pour pouvoir comprendre ce qui me rend vraiment heureux, au-delà des diktats et des idées qui limitent mon pouvoir personnel. Qui me font résigner ou d’accommoder, qui m’ont été inculquées ou que moi-même, à la légère, j’ai accepté mais qu’ils ne m’appartiennent pas vraiment.

Tous ces concepts ne parlent pas de moi, ils viennent de la société, de l’éducation, de la religion ou du substrat social et économique dans lequel je me suis incarné et qui sont donc fonctionnels à la redécouverte de moi, ils servent à me rappeler qui je suis. Le chemin de Petit Pouce dans les bois et toutes les rencontres qu’il fait sont comparables à votre décision d’entreprendre un chemin spirituel, c’est-à-dire de bouger en conscience dans le but d’atteindre «Sa propre Demeure», c’est-à-dire votre propre dimension de paix et de bonheur. Comme ça il devient clair, comme l’écrit Neruda, que «Naître n’est jamais suffisant pour personne, c’est pour renaître que nous naissons. Tous les jours ». Tous les événements qui lui arrivent, toutes les rencontres qu’il fait le changent un peu, le rendant plus apte à faire face aux événements du monde matériel, exactement ce qui arrive à l’Ame quand il choisit un corps physique et descend dans le monde matériel. En fait, Petit Poucet de tous les frères était le « différent », si timide et sincère qu’il était considéré comme le moins intelligent, le moins « convenable » pour cette vie (parce qu’il était plus lié à l’Autre Vie, celle de l’Ame). Dans l’histoire les frères sont sauvés à plusieurs reprises grâce à lui et à ses intuitions ingénieuses et en fait, malgré les blessures et les torts subis, Petit Poucet ne pense jamais qu’à lui-même, mais toujours au bien-être des frères et de toute sa famille .. parce que la réalité de l’Ame est que nous sommes un Réseau, pas une collection d’individus séparés. Tout fonctionne UNIQUEMENT si TOUT LE MONDE EST BIEN.

Au terme des «expériences dans les bois», après avoir compris qui il est réellement, il peut créer sa nouvelle réalité en sortant des ennuis, c’est à ce moment-là que l’âme peut rentrer « Chez Elle » (voir dans ce blog l’article «L’âme et la personnalité en Mission »). En fait, Petit Poucet rentre chez lui victorieux, apportant avec lui une quantité énorme de richesses pour sécuriser tous ses frères et parents (le Réseau). A ce stade de l’évolution, la personnalité s’est tellement rapprochée de l’Ame qu’elle n’a plus besoin de ressentir de la colère ou du ressentiment envers ceux qui étaient apparemment injustes. Elle a compris, maintenant tout est clair et également les rôles joués par chacun. Aucun crime n’était personnel, mais tous s’inscrivaient dans une conception plus large visant l’évolution.

Les Signaux

Comme l’enseigne l’histoire de Petit Poucet, chacun de nous doit entreprendre son propre voyage personnel à la recherche de lui-même et de SES objectifs et c’est dans ce contexte que les Signaux commencent à apparaître dans notre vie en nous guidant. Lorsqu’on a décidé d’entreprendre un Chemin d’évolution spirituelle, un phénomène prodigieux se produit: la manifestation des Signaux qui vous montrent le chemin! Je tiens à vous rassurer tout de suite: quiconque a DÉCIDÉ de prendre le Chemin peut les voir. Les Signaux « se mettent en mouvement vers vous » et se manifestent à vos yeux presque instantanément à votre décision. Cependant, lorsque vous venez de commencer votre chemin, vous vous déplacez sur un territoire inconnu, où «d’autres» règles et «d’autres» lois sont en vigueur par rapport aux règles rationnelles du monde matériel auquel vous êtes habitué. Le sentiment de perte et de peur est tout à fait normal, mais évitez de vous y plonger! Le mieux est de «lâcher prise», il suffit d’écouter et d’observer, sans planification, sans attente et sans chercher à rien comprendre! REGARDEZ SIMPLEMENT! Ce n’est qu’ainsi que vous pourrez comprendre le fonctionnement de la Nouvelle Réalité à laquelle vous venez de faire face. Il est inutile de gaspiller de l’énergie, car RIEN de ce que vous avez appris jusqu’à présent ne peut vous servir de «l’autre côté». Signaux, Synchronicités ou exceptionnelles casualités (gardez à l’esprit que le hasard n’existe pas, comme vous l’apprendrez bientôt!) Commenceront à parsemer votre quotidien et il sera impossible de ne pas le remarquer car ils se multiplieront progressivement, au fur et à mesure de l’acquisition d’une vue particulière que vous gagnerez jour après jour! Les signaux sont utilisés pour vous garder sur votre chemin en vous montrant constamment la voie à suivre … maintenant, si les remarquez deviendra pratiquement automatique, le discours sur leur interprétation est très différent !!! D’innombrables tentatives seront faites là-dessus et la certitude de bien les interpréter ne sera jamais atteinte, car il y a toujours beaucoup plus à voir que ce qu’il n’y paraît, c’est un apprentissage sans fin! Pour cela il faut beaucoup plus, il faudra très bien ouvrir son cœur..Mais disons que nous sommes sur la bonne voie lorsque nous avons appris à ne pas nous identifier à notre monde émotionnel, lorsque nous avons acquis la conscience que nous sommes bien plus que ce que nous ressentons et qu’il y a beaucoup plus à voir dans ce qui nous arrive.

  • Publié dans :
  • blog

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas poubliée